Accueil > Pour comprendre > Analyses, opinions & débats > Analyses, opinions & débats

Analyses, opinions & débats

Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués

En particulier, les articles de cette rubrique sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats.

Articles de cette rubrique


Des militants mizrahis d’Israël combattent la loi raciste de l’État nation (Analyses, opinions & débats)

dimanche 31 mai 2020 par Jen Marlowe

Article publié le 27 mai en anglais dans The Nation.

(Traduction SF pour l’UJFP).

Faisant écho au mouvement Black Panther qui a existé dans le pays au début des années 1970, ils contestent la fausse dualité Arabes vs Juifs renforcée par cette loi.

En juillet 2018, l’avocat défenseur des droits humains, Hassan Jabareen qui est citoyen palestinien d’Israël, a appelé le sociologue Yehouda Shenhav. Depuis le milieu des années 1990 ils cherchaient un moyen de monter une résistance conjointe à l’oppression de l’État entre citoyens d’Israël palestiniens et juifs mizrahis (juifs originaires du Moyen Orient, à la différence des juifs ashkénazes qui sont d’origine européenne). Jabareen n’avait jamais ressenti que c‘était le bon moment – jusqu’à cette année, quand le parlement israélien a voté la loi de l’État Nation.



L’annexion ne concerne pas seulement le vol de terres – elle expulse les Palestiniens (Analyses, opinions & débats)

mercredi 27 mai 2020 par Ahmad Al-Bazz

Par Ahmad Al-Bazz. Publié le 27 mai sur le site de l’Agence Média Palestine.

Ce que la communauté internationale considère comme une démarche illégale sous occupation est en fait une autre étape du projet colonial de peuplement vieux d’un siècle.



Les travailleurs palestiniens sont les plus durement touchés par la pandémie (Analyses, opinions & débats)

mercredi 27 mai 2020 par Rafeef Ziadah, Riya Al’sanah

Par Riya Al’sanah et Rafeef Ziadah. Publié sur le site de l’Agence Média Palestine, le 27 mai 2020.

Les travailleurs palestiniens jouent un rôle vital dans l’économie israélienne, mais ils ont été exposés au danger du COVID-19 sans aucun soutien des autorités israéliennes ou de leurs propres dirigeants. La pandémie a mis en lumière la dure réalité de la vie des ouvriers [ ou travailleurs] sous l’occupation israélienne.



PALESTINE : VIPERES AU POINT ! (Analyses, opinions & débats)

vendredi 22 mai 2020 par Richard Labévière

On pouvait s’y attendre, et prochetmoyen-orient.ch l’a écrit à plusieurs reprises : le Covid-19 risquait de relancer et d’amplifier les pandémies politiques et géopolitiques qui sévissent depuis tant d’années aux Proche et Moyen-Orient. C’est fait ! L’hebdomadaire Le Point du 11 mai dernier publie une bien étrange tribune qui va exactement dans ce sens : « Protégeons les Arabes qui dialoguent avec Israël ».



Covid-19. La double peine des prisonniers palestiniens et arabes (Analyses, opinions & débats)

mardi 19 mai 2020

Plus de 150 personnalités du monde arabe appellent à la libération des prisonniers palestiniens dans les geôles israéliennes et des prisonniers d’opinion dans le monde arabe. Parmi les signataires de la tribune figurent les universitaires tunisien et marocain Yadh Ben Achour et Abdullah Hammoudi, les écrivains jordanien et égyptien Ibrahim Nasrallah et Ahmed Nagy, le compositeur et joueur de oud tunisien Anouar Brahem, la chanteuse libanaise Omaima El Khalil et l’acteur palestinien Saleh Bakri, les journalistes libanais et égyptien Pierre Abi Saab et Khaled Al-Balshi, les responsables politiques palestiniens Hanan Ashrawi et Nabil Shaath et les défenseurs des droits humains palestinien et tunisien Omar Barghouti et Mokhtar Trifi.



Israël : politiques foncières discriminatoires à l’encontre des résidents palestiniens (Analyses, opinions & débats)

jeudi 14 mai 2020 par Human Rights Watch

Par Human Rights Watch. Publié le 12 mai 2020.

Ces pratiques confinent les localités palestiniennes, tout en permettant l’expansion des communautés juives

(Jisr al-Zarqa, le 12 mai 2020) - La politique du gouvernement israélien visant à confiner les communautés palestiniennes en Cisjordanie et à Gaza dans des espaces restreints est également appliqué à l’intérieur d’Israël, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch. Cette politique est discriminatoire à l’encontre des citoyens palestiniens d’Israël et favorise les citoyens juifs, en restreignant fortement l’accès des résidents palestiniens à des terres qui seraient requises pour construire des logements afin de s’adapter à la croissance naturelle de la population.



Israël devant la Cour pénale internationale : il est plus que temps (Analyses, opinions & débats)

mardi 12 mai 2020 par Union syndicale Solidaires

Communiqué de Solidaires. 7 mai 2020.

Le 20 décembre 2019, Fatou Bensouda, procureure de la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye, a exprimé sa volonté d’ouvrir une enquête sur les crimes de guerre commis en Israël-Palestine en vertu du Statut de Rome, précisant que l’enquête portait sur la Cisjordanie, Jérusalem Est et Gaza.



La CPI encourage les Palestiniens dans leur quête de justice (Analyses, opinions & débats)

dimanche 10 mai 2020 par Maureen Clare Murphy

Maureen Clare Murphy The Electronic Intifada 7 mai 2020.

La Palestine vient de franchir une nouvelle étape sur la longue route vers la justice.

Fatou Bensouda, procureure générale de la Cour pénale internationale, a déclaré la semaine dernière que la Palestine est un État pour les besoins du Statut de Rome, fondement de cette juridiction.



Netanyahou prend des mesures anti-insurrectionelles (Analyses, opinions & débats)

samedi 9 mai 2020 par Michel Warschawski

Et nous ?

J’ai l’impression que le public israélien, y compris sa partie dite libérale, n’est pas conscient de la profondeur de la contre-reforme institutionnelle mise en place par Benyamin Netanyahou et sa clique. A partir de maintenant Israël n’est plus l’État qu’il a été pendant plus de 70 ans.



Sétif, Guelma et Kheratta. La République regarde toujours ailleurs (Analyses, opinions & débats)

vendredi 8 mai 2020 par Maxime BENATOUIL

Un repentir de l’Ambassadeur de France en Algérie soixante ans plus tard, une visite officielle du Secrétaire d’État aux Anciens combattants en 2018, et un silence de plomb depuis. C’est tout ce que valent les 45 000 indigènes massacrés [2] aux mois de mai et de juin 1945 à Sétif, Guelma et Kheratta aux yeux de la République. Leurs descendants ne peuvent compter ni sur une journée française de commémoration nationale, ni sur des excuses présidentielles engageant la responsabilité de l’État comme ce fut le cas en 1995 concernant la déportation des juifs. La date même du déclenchement de la vague d’exécutions de masse réalisées par l’armée coloniale, épaulée par des civils « Européens », obscurcit d’un voile de sang la narration officielle exaltant la libération de l’occupation nazie.



Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 5929465